La cacherouth

Un dossier préparé par K. Acher
Pour une lecture plein écran, ouvrez http://www.kacher.fr dans votre navigateur.
Mise à jour le

Un fromager qui ne fait pas dans le détail

 

Il y avait dans cette petite ville juive un fromager. Comme il était peu observant des Mitsvot le Rav avait toujours refusé de lui accorder un certificat de cacherouth.
Il reçut un jour une commande importante, d'une ville lointaine, et pour laquelle une certification était indispensable. Malgré toutes ses supplications le Rav refusa de lui accorder le moindre agrément de cacherouth.
Loin de se laisser démonter, le paysan parvint à emmener le Rav loin de la ville, où ils étaient seuls, et le menaça tout simplement de le tuer s'il ne lui accordait pas une lettre de recommandation.
Ce que le Rav fut bien obligé d'accepter.
Il prit un papier, et commença sa lettre par "Aujourd'hui, 18 Sivan quatrième jour de la Paracha "la ceinture aux reins …"   suivi des formulations habituelles.

Notre fromager partit le cœur tranquille, heureux à l'idée de la bonne affaire qu'il allait faire.
Dans sa ville d'arrivée, le passage chez le Rav fut obligatoire pour obtenir la permission de vendre ses produits.
Le Rav fronça les sourcils: une belle lettre de recommandation, mais la date du 18 Sivan ne tombait en aucun cas la Paracha où on lit la manière de consommer l'agneau pascal "la ceinture aux reins …" juste avant la sortie d'Egypte (Paracha Bo, Chemot, XII 11). Il chercha la faille et la trouva dans la traduction d'Onkelos: les mots "les reins ceinturés" y étaient traduits par une expression qui signifie aussi "les fromages sont interdits…"

Dans une autre version de l'histoire, le certificat était libellé:
C
es fromages sont cachers, et on peut les consommer comme il est écrit "la ceinture aux reins", C'h'e'm'o't' XII 11, la présentation du mot C'h'e'm'o't' étant orthographiée comme une référence "Chtaim Mikra Ve'had Targoum" qui incite à consulter le Targoum (traduction) d'Onkelos.

Un dossier préparé par K. Acher