Extrait de Kountrass-News n°14
Tichri 5761. Mise à jour kislev 5762
Avec l'aimable participation de l'editeur.
Consultable
http://www.magic.fr/kountras/


Les dates de la Chemita pour l'année 5761

La Chemita (année chabbatique) a donc commencé: il nous faut voir en urgence quelles sont les premières incidences sur notre vie quotidienne. A l’étranger, bien entendu, les conséquences seront bien plus tardives, ainsi que nous allons le voir.
http://www.magic.fr/kountras/news14a.htm

*

Les dates
L’impact de la
Chemita sur la production agricole
La propriété du non-Juif en
Terre Israël
Et pour les Juifs de l’étranger?
Et les salades?
Tableau des dates de début
Tableau des dates de fin de Chemita (légumes)
Tableau des dates de fin de Chemita (fruits)


Comme nous l’avons déjà expliqué dans le précédent article concernant l’année de Chevi’ith (la septième année), nous ne nous pencherons que sur les problèmes concernant les simples consommateurs, et non les agriculteurs. Nous avions déjà averti également nos lecteurs que nous présentons les thèses respectant scrupuleusement la Chemita, sans faire appel au héter mekhira.
(Note de K.Acher: il s'agit d'une vente provisoire des terres à un non juif, non astreint aux lois de la septième année, qui en confie l'exploitation au fermier juif)
L’un des grands principes qu’il faut clairement établir est le suivant: s’il est vrai que la Chemita commence à Roch haChana, les incidences halakhiques sont plus tardives. Pourquoi?
Pour l’agriculteur, la Chemita consiste à permettre à tous d'utiliser les produits de ses champs ou dans son verger – opération nommée "rendre hefqer". Ceci ne signifie pas du tout que dès le lendemain de Roch haChana les vendeurs de fruits et légumes ferment leurs magasins et que le public se donne rendez-vous dans les vergers pour cueillir lui-même ses pommes et ses poires! L’idée est peut-être alléchante, mais en réalité c’est tout à fait autrement que les choses se passent.
Il nous faut exposer quelques grandes lignes halakhiques avant de passer aux détails pratiques et au tableau – qui serait incompréhensible sans la présente introduction:

Les dates
La production agricole sous ses diverses formes n’est pas concernée par les lois de la Chemita au même moment! On peut trouver certains légumes qui sont effectivement frappés par les lois de la Chemita dès les premiers jours de l’année, d’autres qui ne le seront que par la suite, et des fruits qui ne poseront problème qu’un an et demi plus tard…
La raison de ces différences est halakhique, mais d’autres dimensions, plus pragmatiques, s’y ajoutent également:
— La Chemita des légumes dépend du moment où on aura cueilli cette production. Les légumes cueillis dès le lendemain de Roch haChana seront frappés des lois de la Chemita.
— Celle des fruits dépend d’un critère bien plus complexe: il faut que le fruit ait atteint un tiers de sa pousse au moment du 15 Chevat (cette année, ce jour tombe le 8 février 2001 – et c’est exactement pour cela que cette date précise est nommée "Roch haChana des arbres"…) pour ne pas être concerné par l’année sabbatique. Prenons un exemple: si la plupart des pommes d’un verger donné ont déjà atteint le tiers de leur taille à cette date précise, elles ne seront pas frappée par la "chemita", mais conserveront les lois de l’année précédente.
— L’exception: l'Etrog, qui suit les deux voies à la fois – il dépend autant du moment de la cueillette que de sa taille à la date du 15 Chevath. Il faut donc veiller à ce que les étrogim de cette année-ci, achetés après Roch haChana, aient été cueillis avant Roch haChana.
— Les céréales et certains autres produits de la même catégorie dépendent de Roch haChana: si ces produits sont mûrs à cette période, ils ne sont pas concernés, cette année-là, par la Chemita ; s’ils ne sont consommables qu’après Roch haChana, ils sont déjà frappés des caractéristiques de l’année sabbatique.
Tout ceci serait déjà suffisamment compliqué s’il ne fallait ajouter, au-delà de la théorie, des données qui dépendent des conditions locales les plus diverses! Le marché moderne est en réalité de plus en plus complexe. Les produits que l’on y trouve aujourd’hui ont peut-être été conservés six mois en chambre froide, viennent d’Espagne ou ont été importés de Chine… ou mis en réserve pour servir le public qui ne veut pas consommer de produits interdits durant l’année de Chemita – un très grand entrepôt est par exemple utilisé à cet effet pour les consommateurs de l’organisme de surveillance "Cheérith Israël" dans le Sud du pays.
C’est dire que les responsables d’organismes de surveillance ont fort à faire et qu’il n’est pas conseillé d’aller acheter des fruits et légumes au marché sans avoir bien étudié le problème auparavant. Ceci restera certainement vrai même une fois que vous aurez lu le présent article…
Le tableau des dates que nous fournissons ici permet cependant de savoir à partir de quel moment en moyenne tel ou tel produit pose problème, et jusqu’à quelle date ces problèmes perdurent. Ces dates sont fournies par le Centre d’étude des lois agricoles selon la Tora, dirigé par le Rav Yossef Efrati. Ce tableau est considéré comme étant le plus fidèle à la réalité.
En tout état de cause, les problèmes posés par les légumes commencent pratiquement au début de l’année de Chemita, alors que ceux posés par les fruits ne commencent qu’en fin d’année, avec l’apparition des premiers fruits de saison au printemps!
Nous ne parlerons donc des fruits que plus tardivement dans l’année.

L’impact de la Chemita sur la production agricole
La production agricole de l’année de Chemita est "sainte", état qui implique certaines lois spécifiques et en limite l’utilisation. Ceci est vrai pour les fruits comme pour les légumes, mais nous reparlerons de la question des fruits en temps voulu – en insistant en particulier sur la possibilité offerte par la création de "Otsar Beth Din" (
entrepôt dont l'exploitation est confiée au tribunal rabbinique).
Pour les légumes, le problème est différent: les légumes sont tous frappés par l’interdiction de "sefi’him" (
pousses spontanées, non plantées)! Impossible de constituer un Otsar Beth Din par exemple, ou d’aller soi-même se servir dans les champs. Nos Sages ont en effet interdit la consommation de légumes qui poussent durant l’année de Chemita, de peur que les gens n’en viennent à semer des légumes malgré l’interdiction (selon certains avis, cet interdit frappant les légumes est du niveau toranique).
Sera-ce donc la pénurie la plus totale des légumes cette année? Rassurons-nous: il sera possible de trouver en temps voulu la plupart des légumes courants, en toute légitimité halakhique.
En gros, les sources d’approvisionnement de légumes sont les suivantes, étant entendu que la production de producteurs juifs de légumes dont les terres sont situées au centre du pays n’est pas permise.
— Les organismes de surveillance orthodoxes peuvent s’approvisionner à l’étranger, dans le cadre de l’importante importation effectuée de toutes manières de divers pays – y compris en Jordanie où il s’avère que certains grossistes juifs ont commandé encore sur pieds une bonne partie de la production agricole.
— Sur les terrains juifs conquis uniquement par les Juifs du temps de la Sortie d’Egypte et non repris par ceux qui sont revenus de Babylonie, il n’y a pas d’interdiction de Sefi’him. Il s’agit de certains territoires quelque peu excentrés, sur le Golan, dans la région de Beth Chéan, en Galilée occidentale, le Sud du Négev, Gaza, etc. – chaque question ponctuelle demandant à être posée à une autorité rabbinique. En revanche, sur les territoires conquis lors du retour de Babylonie, qui représentent la majorité du pays, l’interdiction de Sefi’him s’applique.

La propriété du non Juif en Terre Israël
Une grande question s’est posée voici déjà plusieurs siècles quant à la production agricole non juive en Terre Israël: est-ce que le fait qu’un non Juif soit propriétaire d’un terrain le dispense totalement des lois régissant Terre Israël ou non (cf. Kountrass no 1)? Inutile de préciser que la question s’est posée avec des propriétaire réels, et non dans le cadre du héter mekhira.
Cette question entraîne de nos jours deux conduites différentes:
— A Jérusalem, la règle suivie généralement veut que le non Juif soit considéré comme ayant le pouvoir hilkhatique d’annuler la sainteté de la terre par le simple fait qu’il est propriétaire du terrain.
— A Bné Braq, sous l’influence hilkhatique du ‘Hazon Ich, on se range généralement à la seconde conception, selon laquelle le non Juif n’a pas ce pouvoir.
Il est évident qu’à défaut, il vaut mieux suivre la pratique de Jérusalem: elle simplifie réellement l’existence! Dès lors, quand on achète dans les magasins surveillés par la ‘Eida ha’Harédith de Jérusalem (Tribunal Orthodoxe de Jérusalem) , il n’y a rien d’autre à faire que de… payer, et d’utiliser ces légumes sans restriction aucune.
Selon le ‘Hazon Ich, il faut respecter pour les légumes achetés chez le non Juif toutes les règles qui s’y rapportent: ne pas les peser, ne pas les utiliser autrement que selon les manières habituelles (ne pas cuire ce qui est consommé généralement cru, et vice-versa), ne pas jeter les épluchures et les restes aux ordures mais attendre qu’ils pourrissent.
Nous n’insisterons pas sur ces points dans le présent article: nous y reviendrons plus tard, lorsque nous parlerons de la conduite à suivre pour des fruits achetés dans le cadre d’un Otsar Beth Din – autrement dit, dans quelques longs mois. Nous admettons que les personnes qui suivent le ‘Hazon Ich sont suffisamment averties et n’ont pas besoin de nos explications.
En pratique, il est important d’insister ici sur un point précis d’une haute importance: peut-on acheter des légumes chez des Arabes, chez eux ou sur leurs marchés? Rien n’est moins évident: ils peuvent facilement s’approvisionner sur les marchés juifs. Le fait que les prix proposés puissent être intéressants ne prouve strictement rien: justement, il se peut que les légumes proposés proviennent de producteurs juifs qui ont des difficultés à trouver un marché pour leur production, parce qu’ils ne respectent pas la Chemita.
Peut-on acheter des légumes sur le marché juif, sans certificat de surveillance? C’est autour de cette question que le scandale a éclaté récemment: les Grands rabbins de Jérusalem, de Re’hovoth, de Herzlia et d’autres villes ont déclaré qu’ils ne voulaient pas permettre que les marchés de leurs villes accueillent de production basée sur le héter mekhira. La question est de savoir si telle sera la conclusion sur le terrain mais, si la réponse est positive, il sera effectivement possible de s’approvisionner chez n’importe quel marchand de légumes dans ces villes-là. Bien entendu, c’est un point à vérifier en temps voulu.
La Chemita va donc s’introduire dans notre cuisine pas à pas au courant de l’année qui commence. Chaque produit a sa date de départ, et la période à partir de laquelle la nouvelle production apparaît sur le marché est indiquée, ce qui ne pose plus problème.
Nous publions donc ici un tableau général des principaux produits, en nous basant comme dit sur les travaux du Rav Efrati.
Nous ne mentionnons pour l’instant que les légumes. Les fruits suivront. Nous citons ici des produits frais: il est évidemment très difficile de savoir quand des produits congelés ou des boîtes de conserve arrivent sur le marché.

Et pour les Juifs de l’étranger?
Nous n’avons abordé dans le présent article que la question des légumes. Celle des fruits se posera plus tard dans l’année, et nous y reviendrons si D. veut.
On peut trouver des légumes en provenance d’Israël sur les marchés de l’étranger, en particulier des primeurs.
Si ces légumes sont d’origine arabe, une bonne partie des décisionnaires pensent que la production n’a pas de sainteté inhérente à la Chemita et elle est permise – selon le ‘Hazon Ich, il faut cependant respecter la Qedouchath Chevi’ith dans un tel cas.
Ces quelques remarques ne sont que théoriques cependant: dans la réalité, il est impossible de savoir quelle est l’origine d’un légume "made in Israël" que l’on trouve à l’étranger, et il est plus que probable que les produits en question proviennent de producteurs ne respectant pas la Chemita, et ils sont donc interdits.
Dans le cas de boîtes de conserve, toutefois, il peut arriver que l’on trouve en ‘Houts laArets des produits surveillés par le Badats de la ‘Eida ha‘harédith, qui considère que les produits arabes ne sont pas concernés par la sainteté de la Chemita, et ils sont permis sans problèmes. Une personne désirant suivre les décisions du ‘Hazon Ich et considérer que ces produits ont la sainteté de la Chemita devra essentiellement faire attention à ne pas jeter des restes de ces produits.
Et les salades?
Bonne nouvelle pour les fidèles consommateurs de salades! Ils n’auront aucun problème à continuer à en consommer durant l’année de Chemita, sans restriction aucune, même à l’étranger.
Comment est-ce possible? Il faut savoir que les grandes compagnies qui proposent des salades garanties sans insectes sont pratiquement toutes installées dans la région du Gouch Katif, c’est-à-dire à côté de Gaza. Outre quelques doutes quant à l’obligation de Chemita dans cette région qui n’est pas forcément incluse dans les territoires conquis lors de la montée des Juifs de Babel, ces salades poussent en enceinte fermée et sur des sols séparés de la terre de manière hermétique (ne serait-ce que pour éviter que les insectes puissent pénétrer les serres). Ceci, avec encore quelques autres aménagements halakhiques pris avec l’accord du Rav Elyiachiv, fait que ces salades ne sont pas concernées par la Chemita et sont exportables!
Nous ignorons à l’heure actuelle si cette information concerne réellement toutes les sortes de salades, mais en tout cas celles qui seront garanties par la Rabbanouth de Jérusalem ou par l’organisme de cacherouth de Cheérith Israël sont consommables.

The Tableau:

Liste des légumes (début de l'année de la Chemita) - 5761
nom   début de saison   date d'arrivée sur le marché
  5761/2000  
Ail 1er Nissan 10 Nissan
Ananas 3 Tichri ---
Artichaut 1er 'Hechvan Hechvan 5762
Asperge 3 Tichri ---
Aubergines 3 Tichri 1er Kislev
Bananes 3 Tichri fin 5762
Betteraves rouges 3 Tichri 1er Kislev
Carottes 5 Tichri 1er Adar
Céleri 3 Tichri Hannoucah
Chou blanc 3 Tichri 15 Tévet
Chou rouge 3 Tichri 1er Chevat
Chou fleur 3 Tichri 1er Tévet
Colorabi 3 Tichri 1er Kislev
Concombres 3 Tichri 5 'Hechvan
Courgettes 3 Tichri 5 'Hechvan
Fraises 3 Tichri 1er Kislev
Gamba (poivrons rouges doux) 3 Tichri 1er Chevat
Haricots 3 Tichri 20 'Hechvan
Laitue 3 Tichri 10 'Hechvan
Melon 3 Tichri Hannoucah
Oignons du Négev 1er Tévet 1er Tévet
Oignons verts 3 Tichri 5 Kislev
Oignons (autres) 3 Tichri Pourim
Paprika 3 Tichri 1er Av
Pastèque du Négev 1er Adar 1er Adar
Pastèque (autres) 3 Tichri 1er Iyar
Persil 3 Tichri 1er Kislev
Petit pois en cosse 3 Tichri 3 Tichri
Poireau (Louf) 3 Tichri 1er Chevat
Poivron 3 Tichri 1er Chevat
Pommes de terre Hannoucah Hannoucah
Pommes de terre douces 3 Tichri 1er Tamouz
Potiron 3 Tichri 1er Av
Radis 3 Tichri 15 Kislev
Raifort 3 Tichri 5 Tichri 5762
Tomates 3 Tichri 1er Tévet

 

Tableau de fin des interdictions liées à l'année de la Chemita (légumes) 5761

Légumes Fin de sainteté Période où la majorité
des produits sont de la nouvelle année
1 Pastèque 'Hanouca 1 adar
2 Petits pois frais 'Hanouca  
3 Artichaut 'Hanouca  
4 Pommes de terre douces 'Hanouca Tamouz
5 Bananes 'Hanouca  
6 Oignons verts 5 Kisslev 15 Kisslev
7 Carottes * 'Hanouca 10 Adar
8 Poivron rouge (Gamba) 'Hanouca 15 Chevath
9 Potiron 5 Av 10 Av
10 Raifort 'Hanouca 'Hechwan 5753
11 Laitue 10 'Hechwan 20 'Hechwan
12 Aubergine 1 Kisslev 15 Chevath
13 Chou rouge 'Hanouca 15 Chevath
14 Chou blanc 'Hanouca 1er Chevath
15 Choux de Bruxelles 'Hanouca 15 Téveth
16 Céléri 'Hanouca 15 Téveth
17 Poireau 'Hanouca 10 Chevath
18 Navet 15 Kisslev 'Hanouca
19 Melon 'Hanouca 10 Téveth
20 Concombre 5 'Hechwan 5 Kisslev
21 Betterave 1 Kisslev 10 Kisslev
22 Tomate 'Hanouca 1 Chevath
23 Persil 1 Kisslev 15 Téveth
24 Poivron 'Hanouca 15 Téveth
25 Paprika 1Av  
26 Radis 15 Kisslev 'Hanouca
27 Colorabi 1 Kisslev  
28 Courgette 5 'Hechwan 5 Kisslev
29 Ail 1 Nissan 10 Nissan
30 Haricot 20 'Hechwan 1 Kisslev
31 Fraise 10 Kisslev 1 Téveth
32 Pomme de terre 'Hanouca  
33 Epinard 1 Kisslev 15 Kisslev

Tableau de fin des interdictions liées à l'année de la Chemita (fruits) 5761

Fruit Date de permission en 5762
1 Avocat Av
2 Noix 15 Av
3 Noix de Pékan 29 Eloul
4 Poire Tamouz
5 Afarsemon Eloul
6 Pêche Pourim
7 Etrog Tamouz
8 Cerise 20 Iyar
9 Orange Eloul
10 Pamplemousse Eloul
11 Citron Siwan
12 Olive Tichri
13 Litchi Siwan
14 Abricot Siwan
15 Mango Tamouz
16 Raisin Tamouz
17 Kiwi Eloul
18 Grenade Av
19 Prune Av
20 Nèfle 15 Chevath
21 Amande Eloul
22 Figue Iyar
23 Datte 20 Eloul
24 Pomme Siwan

 

Le dossier Fêtes d'Alliance comporte un chapitre de généralités sur l'année de la Chemitah

Un dossier préparé par K. Acher