La cacherouth

Un dossier préparé par K. Acher
Pour une lecture plein écran, ouvrez http://www.kacher.fr dans votre navigateur.
Mise à jour le

Entre viande et lait: le cas des enfants

Résumé: Attendre entre la viande et le lait pour un enfant
Rav Yossef Its'hak Belinow, Bnéi Brak

Pour les enfants jusqu'à l'âge de trois ans, il n'y a aucune obligation d'attendre entre la viande et le lait, mais on veillera à ce qu'ils ne le consomment pas simultanément, et n'aient plus de viande en bouche lorsqu'on leur donne du lait.


Entre trois et neuf ans, on tient compte de l'intervalle usuel entre le repas principal de midi, le plus souvent repas de viande, et le repas du soir, le plus souvent lacté, car les enfants ont une digestion plus rapide et n'attendent pas six heures entre ces deux repas.
On peut établir que pour les ages de 3 à 5 ans, l'attente après un repas de viande est de 3 heures, de 6 à 7 ans 4 heures, et à 8 ans 5 heures.

Exemple: un enfant de 3 ans qui attend 3h30 entre les deux repas, attendra 3 heures pour manger du lait.
Un enfant de 6 ans qui n'attend que 3 heures entre ces deux repas pourra consommer du lait après 3 heures.
C'est pourquoi un enfant de 5 ans ne pourra consommer au goûter une glace ou du chocolat au lait deux heures après la viande. Il est de son éducation de savoir attendre 3 heures.

Mais si 3 heures sont passées, ou 5 heures pour un enfant de 8 ans, on peut lui donner (même) des sucreries au lait bien que ce ne soit pas l'heure du repas.
Dans le cas où le repas (viande) de midi a été retardé et que le repas du soir arrive avant la fin du délai d'attente, on essayera de donner un repas sans lait, mais en cas de besoin on pourra donner du lait, car ce dernier repas conditionne l'heure du coucher de l'enfant qu'il ne faut pas retarder.

A partir de 9 ans, l'enfant doit être éduqué à attendre six heures dans la mesure du possible. C'est à dire qu'il mange suffisamment tôt la viande. S'il mange tard et n'a pas six heures avant l'heure du coucher, on peut tolérer une attente plus courte, mais jamais moins de trois heures.
Tout ceci concerne un enfant en bonne santé. Pour un enfant fragile ou malade, on peut ne pas attendre et se contenter de rincer la bouche.

Certains ont cependant l'habitude de s'efforcer d'éduquer leurs enfants plus tôt à une attente de six heures, ceci en fonction des possibilités de l'enfant.

Traduction non officielle d'un résumé à partir des conclusions halakhiques du Rav Yossef Its'hak Beilinow, Bnéi Brak

Un dossier préparé par K. Acher